DOB ou DAUBE ?

A l’occasion du conseil municipal du 25 novembre dernier, s’est déroulé ce qu’on appelle en jargon municipal le DOB (prononcer Daube pour Gif). Pour qui ne connaîtrait pas la signification de cet acronyme, c’est le Débat d’Orientation Budgétaire. Comme son nom ne l’indique pas, il comporte deux volets distincts. Le premier consiste en une analyse des finances de la commune et des possibilités budgétaires qui lui sont offertes, exercice technique auquel se soumet avec une rare constance et une grande compétence depuis plusieurs années le même membre du même cabinet conseil en finances de la municipalité. Le deuxième, prérogative du Maire, est censé livrer des informations sur les grandes lignes de la politique municipale en matière de dépenses de fonctionnement, d’investissement et de services rendus à la population, c’est à dire comment vos impôts vont être utilisés.

Et bien force est de constater que nous sommes restés sur notre faim et que les informations transmises se sont révélées maigrelettes, car il en manquait les éléments prospectifs essentiels. On ne sait rien sur les investissements nouveaux, (une enveloppe à affecter sur le prochain mandat de 10,2 M€) rien sur les services nouveaux rendus à la population, et on constate malheureusement (conjoncture économique oblige) une relative dégradation des finances communales. Des emprunts plus longs, moins d’épargne brute et une capacité de désendettement qui passe de 6 ans aujourd’hui à 12 fin 2013.

Même si la conjoncture économique nationale et internationale est pour partie responsable de cette dégradation, d’autres facteurs indépendants de la crise mondiale affectent nos finances et ce qui nous pose problème est moins la gestion communale que les promesses électorales sur lesquelles notre majorité a été élue. Car ces promesses ne seront pas tenues au regard de l’état du porte-monnaie de la cité qui ne le permettra pas. Plus grave, est la connaissance que la majorité avait de cette future réalité et qui n’en a rien dit pendant la campagne.

In fine, le DOB se sera limité comme d’habitude, à une présentation technique sur laquelle nous avons rebondi en posant des questions pour donner au débat un semblant de légitimité. Les réponses se sont avérées imprécises, empreintes de doutes et d’hésitations (ignorance ou stratégie) quand on accorde quelque importance à l’adage « Gouverner c’est prévoir » il y a quelque chose d’inquiétant dans cette façon que la majorité a de voir l’avenir.

Ce Dob aura cependant eu le mérite de mettre en évidence le fait que quelle que soit l’équipe qui aura en charge les affaires de la ville à l’issu de ce mandat, par le jeu inéluctable et mécanique des dépenses, elle devra nécessairement accroître la fiscalité communale pour ne serait-ce que maintenir le niveau de services qu’elle doit à ses habitants. Intéressant non ?

Les élus de la liste « Gif, Osons l’Avenir »

Laisser un commentaire