Echos du conseil municipal : séance du 27 mai 2008

Les spectateurs présents à cette séance n’ont pu qu’être étonnés par les incohérences dans nombre des argumentations développées par le maire et certains de ses adjoints sur des sujets aussi divers que les quotients familiaux, la représentation du conseil municipal dans le conseil d’administration du Club Giffois de l’Amitié (anciennement Entraide des Anciens) ou le différend qui oppose le maire au président de la CAPS au sujet de la répartition des vice-présidences dans cette institution. Ils vous expliquent…

Sur les quotients familiaux

Les conseillers du groupe Gif Osons l’avenir ayant constaté que les transports scolaires étaient le seul service municipal à ne pas mettre en œuvre les quotients familiaux ont logiquement demandé que cette anomalie disparaisse. Ils se sont également étonnés de ce que la grille utilisée pour le calcul des participations des familles aux mini séjours de vacances soit différente de celle qui sert pour tous les autres services, ce qui peut désavantager certaines familles et demandé que, là encore, les pratiques soient alignées.


Réponse de la municipalité : non, car

- çà ne touche que très peu de familles

- nous devons être très attentifs à ne pas plomber le budget municipal.

De qui se moque-t-on ? S’il y a très peu de familles concernées, alors l’impact sur les coûts est négligeable, non ? Et pourquoi alors refuser une mesure allant dans le sens d’une amélioration ?

Bizarre ?…

Sur le Club Giffois de l’Amitié

Jusque là, le conseil municipal était représenté au sein du conseil d’administration de ce Club par 6 élus de la majorité et 2 de l’opposition sans que cela pose, semble-t-il, aucun problème.

Le maire a décidé que désormais les 8 représentants appartiendraient à la majorité. Raison avancée : la municipalité souhaite que le nombre de ses représentants soit réduit (pourquoi pas ?) et qu’en conséquence, elle veut « pouvoir peser de tout son poids (sic) » lors du vote en assemblée générale du Club.

Vous avez bien lu : pour imposer une réduction du nombre de délégués, on veut avoir…plus de délégués.

Bizarre, bizarre ?…

Sur le conflit au sein de la CAPS

Les conseillers de l’opposition ayant demandé où en était le conflit, le maire a déclaré sans ambages que la situation était complètement bloquée et que, de toute façon, on ne savait même pas quand aurait lieu le prochain conseil communautaire.

Pas de chance, ce conseil s’était réuni la veille 26 mai et les spectateurs présents ont pu constater que :

- les délégués de toutes les communes étaient présents, y compris ceux des communes qui contestent la composition de l’exécutif (au premier rang, ceux de Gif, dont Michel Bournat lui-même), alors qu’ils avaient boycotté les deux séances précédentes).

- la présidente de séance a clairement laissé entendre que les choses étaient en train de rentrer dans l’ordre et que dès la plus prochaine séance, prévue le 19 juin, les vice-présidents définitifs devraient être installés.

- un délégué de Saint-Aubin a d’ailleurs indiqué qu’il se verrait attribuer dans ce cadre la vice-présidence à l’aménagement.

De deux choses l’une : ou bien le maire de Gif n’écoutait pas ou il est de très mauvaise foi.

Bizarre, trois fois bizarre ?…

Et si, tout simplement, ces incohérences n’étaient que la traduction concrète du credo en cinq points du maire :

Je suis le meilleur
Je suis le plus fort
J’ai toujours raison

Ceux (ou celles) qui osent ne pas être de mon avis ne peuvent qu’être ignares ou de mauvaise foi.

Circulez, y’a rien à voir !

Laisser un commentaire